Les associations de collectivités n’ont pas de leçon à recevoir de l’Elysée

Paris, le 9 février 2012

 

Au terme du quinquennat, le président de la République convoque le 10 février 2012, à l’Elysée, les associations d’élus à une « conférence des finances locales ». Or, depuis trois ans, ces mêmes associations n’ont eu de cesse de demander que la conférence nationale des exécutifs (CNE), instance prévue à cet effet, se tienne. En vain.

Loin de la nécessaire et saine concertation entre le gouvernement et les collectivités locales, cette conférence a pour objectif affiché d’incriminer la gestion financière des collectivités locales et de les mettre à contribution au titre de la réduction des déficits publics.
Si elles considèrent effectivement que la lutte contre les déficits publics est une priorité, les associations d’élus refusent de se faire montrer du doigt et n’ont pas de leçon à recevoir de l’Etat. Elles soulignent d’ailleurs que les collectivités locales appliquent depuis longtemps la « règle d’or ». En 2010, leur part dans le déficit public se limitait à 0,1 % du PIB et le montant de leur dette est stabilisé depuis 1983 à 10 % de la dette publique.
Lors de cette conférence, les associations d’élus entendent donc rappeler que les collectivités locales réalisent plus de 70 % de l’investissement public et jouent un rôle essentiel pour le retour à la croissance. Chaque année, elles investissent 45 Mds€ au service de l’emploi et au bénéfice de l’activité des entreprises. Cet effort financier conséquent constitue le moteur de la croissance économique et de l’emploi dans les territoires.
Or, l’asphyxie des collectivités locales est bien réelle aujourd’hui. L’Etat a réduit ses dotations, les a privées d’autonomie financière mais continue de les solliciter pour financer les grandes infrastructures nationales (LGV, plan Campus, déploiement du haut débit…) tout comme les grandes politiques de solidarité nationale (RSA, dépendance, handicap).
4/5ème de leur budget est consacré à des biens et services publics de proximité qu’elles ont profondément modernisés depuis les lois de décentralisation (lycées/collèges, routes, TER et transports publics, équipements sportifs et culturels, crèches…).
Ces services publics locaux ont assurément un coût mais qui peut reprocher aux collectivités locales d’avoir pris en charge toutes les compétences transférées par l’Etat depuis 30 ans, tout en préservant une situation financière saine ?
Soucieuses du retour à l’équilibre des finances publiques, les collectivités locales souhaitent y parvenir dans le cadre d’un partenariat Etat- collectivités locales fondé sur une négociation loyale et un respect réciproque.

C’est dans cet état d’esprit qu’elles se rendront à l’Elysée demain.

Publicités

0 Responses to “Les associations de collectivités n’ont pas de leçon à recevoir de l’Elysée”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




février 2012
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829  

Blog Statistiques

  • 22 482 visites

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 25 autres abonnés

Besoin de Gauche 2

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :